Mot du directeur

Depuis plus de trente ans, le CRISES suit une intuition de recherche féconde : étudier ce qui nait et se construit « malgré tout », dans un contexte de crises, où tant de choses se brisent ou disparaissent. Depuis les années 1980, face à la crise du fordisme, ce sont au cœur des entreprises d’économie sociale et des syndicats que les chercheur-e-s du CRISES ont observé et analysé de multiples expérimentations. Le milieu communautaire est également, d’un point de vue historique, un espace de prédilection pour les travaux du CRISES, afin de saisir l’émergence et l’institutionnalisation d’expérimentations dans le domaine des politiques sociales. Les luttes entourant le développement territorial ont aussi constitué un observatoire privilégié.

Ce travail empirique (observer, décrire) s’est doublé, dès l’origine du Centre, d’une ambition théorique : répertorier et conceptualiser les « innovations sociales », mais aussi comprendre leur contribution aux transformations sociales. Seconde intuition féconde : mener ce travail théorique avec les acteurs et actrices du milieu. En effet, loin de n’être que des « terrains » à étudier, les porteurs de ces expérimentations furent aussi considérés comme des partenaires de recherche. À ce titre, la co-construction des savoirs, pour ne pas être un vain mot, nécessite des dispositifs collectifs à construire, à expérimenter et à pérenniser. Troisième fil rouge : croiser les perspectives théoriques et disciplinaires, en faisant dialoguer la sociologie et la gestion, la géographie et les sciences politiques, ou encore l’histoire et l’économie.

Qu’est-ce qui nait en période de crise ? Aujourd’hui, cette question résonne singulièrement à l’aune de crises multiples : urgence écologique, accroissement des inégalités sociales et polarisations territoriales, bouleversements liés à la quatrième révolution industrielle, crise politique de nos démocraties représentatives et des modes de gouvernement de nos États. Dans les territoires, les entreprises collectives, les organismes communautaires et les mouvements sociaux, mais aussi dans les marges et les interstices d’espaces sociaux et économiques en recomposition, se développent des innovations sociales, afin de faire face à ces défis et d’ouvrir des alternatives. Comprendre et analyser ces innovations sociales, éclairer leurs contributions aux transformations sociales, saisir les verrouillages comme les potentiels d’institutionnalisation de ces initiatives : aujourd’hui comme hier, c’est la contribution précieuse du CRISES.

Pour relever ce défi, le CRISES mobilise plus d’une quarantaine de chercheur-e-s, à titre de membres réguliers, dans dix universités du Québec, mais aussi de nombreux-ses chercheur-e-s associé-e-s, des étudiant-e-s et des partenaires engagé-e-s dans divers milieux et territoires. Sur ce site, vous aurez accès aux nombreux événements (séminaires, colloques, symposium), publications (Cahiers de recherche, articles, ouvrages) et supports de diffusion vidéos et audios du CRISES, afin de profiter de la vitalité et de la pertinence de cette démarche scientifique collective.

Sylvain A. Lefèvre
Directeur du CRISES

 Lefevre 2Membre du CRISES depuis 2013, et directeur du CRISES depuis juin 2018, Sylvain A. Lefèvre est professeur agrégé au département de stratégie, responsabilité sociale et environnementale, de l’ESG-UQAM. Il est également directeur scientifique du PhiLab-Québec et membre du comité scientifique de l’Institut Mallet. Ses travaux de recherche portent sur l’action collective et notamment le rôle des fondations philanthropiques.
Pour en savoir plus, consultez sa page.

bandeauweb 183px v2 Archives

Quoi de neuf ?

Pour recevoir notre infolettre, inscrivez-vous.

Consultez le Quoi de neuf?

À inscrire à votre agenda

Décembre 2018
D L Ma Me J V S
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31 1 2 3 4 5