Les axes de recherche du CRISES

Le CRISES est structuré en quatre axes complémentaires voués à l’analyse d’autant de dimensions de l’innovation sociale et de son inscription dans des processus de transformation sociale. Les membres du CRISES étudient et analysent les innovations sociales et les transformations 1) dans les politiques et les pratiques sociales, 2) dans le territoire et les collectivités locales 3) dans les entreprises collectives, 4) dans le travail et l’emploi.

Les acquis des recherches et activités menées dans les quatre axes sont mutualisés et intégrés à travers des projets de nature interaxe concernant des problèmes communs, comme par exemple celui de la pérennisation des innovations sociales, le passage de l’analyse par études de cas à l’analyse quantitative que permettra la Base de données, des réflexions épistémologiques et ontologiques concernant les méthodes de production de la connaissance au sujet des innovations sociales, ainsi que l’effet différentiel de l’innovation sociale en regard des époques, des secteurs et des territoires.

Axe 1 : Innovations sociales et transformations dans les politiques et les pratiques sociales

Cet axe regroupe des projets qui se structurent autour de la construction et l’application des politiques publiques et du rôle qu’y jouent les demandes sociales. Les travaux des membres de cet axe se déclinent en 5 thèmes :

  • L’IS à travers l’évolution historique des régulations sociales
  • Les nouvelles pratiques démocratiques et sociales
  • Le transfert des pratiques sociales et construction des politiques publiques
  • Les IS et la transformation sociale dans la santé et la communauté
  • L’IS dans le logement social.

Les activités scientifiques regroupées dans l’axe étudient les processus, les mécanismes et les leviers de l’innovation à travers l’analyse du transfert des pratiques sociales et politiques mises en œuvre dans la société civile (économie sociale, action communautaire). Ce travail de recherche et de réflexion inclut l’effet des « contre‐pouvoirs » démocratiques, ainsi que ceux des formes de pensée qui éclairent leur action. Il s’agit de s’interroger sur le rôle des mouvements sociaux en tant que lieux d’émergence de nouvelles pratiques démocratiques, de propositions de politiques sociales et publiques, de contestations des formes existantes de gouvernance et de remises en cause des limites normatives à la compétence citoyenne. Les chercheurs dégagent des formes d’action dont la logique profonde est en porte‐à‐faux par rapport aux pratiques des institutions dominantes, marchandes ou étatiques (par exemple la logique du care ou celle du don, la lutte pour la reconnaissance ou le développement de capacités).

Axe 2 : Innovations sociales et transformations dans le territoire et les collectivités locales

Les projets qui se regroupent dans cet axe analysent les innovations sociales dans la perspective du rapport des collectivités au territoire, ce qui les amène à privilégier l’intersectorialité et à examiner l’effet des diverses formes de proximité (physique et relationnelle) sur la structuration et les nouvelles dynamiques des collectivités territoriales. Ces dynamiques sont observées à travers des processus jalonnés par des conflits et des compromis, lesquels peuvent être menés de façon inclusive, en mettant en place des modalités de gouvernance territoriale plurielle et solidaire permettant l’amélioration des conditions de vie des collectivités, mais aussi de façon exclusive, lorsque les citoyens et les collectivités locales sont soumis à des dynamiques qui les défavorisent. Les travaux des membres de cet axe se déclinent en 5 thèmes :

  • Les actions innovatrices de revitalisation des communautés
  • L’IS en milieux rural et forestier
  • L’action communautaire contre la pauvreté et l'exclusion
  • Les modalités innovatrices de gouvernance territoriale
  • Les nouvelles aspirations et la mouvance identitaire.

Dans l’ensemble, les projets rattachés à cet axe visent à dégager les nouvelles pratiques sociales, politiques, économiques et culturelles engendrées par les acteurs dans les collectivités locales ainsi que le rôle structurant des initiatives locales qui se confrontent aux effets déstructurants de la globalisation.

Axe 3 : Innovations sociales et transformations dans les entreprises collectives

Regroupés autour de l’objet de l’entreprise collective et de ses relations avec la sphère de l’économie dominante, cet axe regroupe des projets qui analysent des innovations sociales qui se déploient autour des entreprises d’économie sociale, des sociétés d’État et des nouvelles formes hybrides d’entreprises. Les travaux de cet axe se déclinent en 5 thèmes :

  • Les modèles de gouvernance et de gestion des entreprises sociales et collectives
  • Le financement solidaire et l’accompagnement de l'entreprenariat collectif
  • L’évaluation de l'économie sociale
  • L’économie sociale et la transformation sociale
  • Les modèles hybrides : partenariats publics-privés-économie sociale.

Ces projets font l’hypothèse que les entreprises collectives jouent souvent un rôle d’aiguillon vis-à-vis de l’économie dominante, en tant que révélateur de ses limites (failles de marché, défaillances publiques, échecs philanthropiques) et précurseur de changement (nouvelles pratiques, nouveaux droits sociaux). Les innovations se traduisent dans des outils et des pratiques de gestion, de gouvernance, de mobilisation des ressources, etc., qui hybrident les logiques du marché, de la redistribution et de la réciprocité. Cet axe s’intéresse aux innovations dans les processus de gestion, notamment au rôle des objets et de la matérialité, aux modalités de financement et d’accompagnement de l’entrepreneuriat, notamment les réseaux interorganisationnels, et à l’analyse plurielle des organisations.

Axe 4 : Innovations sociales et transformations dans le travail et l’emploi

Les membres de cet axe abordent l’IS en lien avec l’évolution des politiques d’emploi et les conditions de réalisation du travail. Ils analysent la qualité de l’emploi et du travail dans une perspective sociétale d’intégration socioprofessionnelle. Six thèmes de recherche sont privilégiés :

  • L’IS dans les relations industrielles et la gestion des ressources humaines
  • Les stratégies émergentes dans l’action syndicale
  • Les nouveaux statuts d'emploi et le précariat
  • Les problèmes et aspirations en matière de protections sociales
  • Les nouvelles stratégies d’insertion en emploi
  • La gestion des âges et des temps sociaux et la conciliation travail-famille.

Les chercheurs rattachés à cet axe cherchent à montrer que l’action collective et le dialogue social constituent des conditions pour la pérennisation des innovations sociales et pour la transformation des cadres institutionnels et organisationnels dans lesquels elles sont expérimentées. Au-delà des transformations des modes d’organisation, les préoccupations des chercheurs se tournent vers les réponses collectives face à la précarisation du travail et aux mutations contemporaines de la structure de l’emploi, l’action syndicale dans ses dimensions nationales et internationales, ainsi que vers les transformations des politiques publiques de l’emploi.

bandeauweb 183px v2

Quoi de neuf ?

Pour recevoir notre infolettre, inscrivez-vous.

Consultez le Quoi de neuf?

À inscrire à votre agenda

Juin 2017
D L Ma Me J V S
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1