Gouvernance coopérative et développement local : Caisse Desjardins Préfontaine-Orléans et collectivité locale (Hochelaga-Maisonneuve)

Collection

Études de cas

Année

2000

Numéro

ES0006

Auteur

Johanne Bérard

Sous la direction de

Marie-Claire Malo

Édition

Centre de recherche sur les innovations sociales

Résumé

Cette étude explore la relation entre la gouvernance coopérative et le développement local au travers l’analyse du rapport entre une coopérative financière et sa collectivité locale. Le cas étudié est celui de la Caisse populaire Desjardins Préfontaine-Orléans et la collectivité d’Hochelaga-Maisonneuve. Les données ont été collectées en 1999 et l’analyse complétée en 2000. Après l’introduction, le deuxième point porte sur la collectivité locale considérée : le quartier Hochelaga-Maisonneuve dans l’arrondissement Mercier / Hochelaga-Maisonneuve, à Montréal. La troisième section est consacrée à la perception des acteurs face au développement local futur. Les acteurs sont autant ceux de la caisse (directeur général, secrétaire du conseil) que du milieu du développement social (organisateurs communautaires du CLSC) et du développement local économique et communautaire : Corporation de développement de l’Est (CDEST). Dans la quatrième partie, nous présentons la situation actuelle des services financiers de proximité, incluant les liens de la caisse avec son milieu, ainsi que la perception d’acteurs du milieu quant au rôle joué par les institutions financières, principalement la caisse. Dans la section cinq, l’avenir de la coopérative financière est considérée dans le contexte de la réingénierie et de la poursuite des fusions de caisses. Enfin, en sixièmement, les conséquences des transformations de la caisse sont discutées. La conclusion permet d’ouvrir sur la question de la cohésion sociale et en particulier de la contribution d’entreprises collectives comme les coopératives financières à la production de cette cohésion dans la collectivité locale.