Coopératives financières, cohésion sociale et territoire : la Caisse populaire Desjardins Allard-St-Paul issue de fusions de caisses dans l'arrondissement Sud-Ouest (Montréal)

Collection

Études de cas

Année

2001

Numéro

ES0106

Auteur

Sous la direction de

Marie-Claire Malo et Benoît Lévesque

Édition

Centre de recherche sur les innovations sociales

Résumé

Le Mouvement des caisses Desjardins a entrepris non seulement une réingénierie de ses processus mais aussi une restructuration à la fois au sommet (fédération unique) et à sa base, dans son réseau. Les fusions de caisses amènent des caisses plus grosses chapeautant des centres de services aux particuliers. Les conseillers financiers pour les entreprises sont regroupés dans des centres financiers pour les entreprises (CFE). Voilà pour le modèle mais qu’en est-il sur le terrain d’autant plus que le passage à une échelle supralocale n’est pas un phénomène isolé ? L’élargissement du territoire local au Québec a débuté il y a plusieurs années et s’intensifie avec les projets de fusions de municipalités. Dans ce contexte, qu’en est-il de l’arrimage entre la « nouvelle caisse » et le « nouveau local »? Comme entreprise, comment la nouvelle coopérative financière répond-elle aux besoins en services financiers de son milieu (particuliers, entreprises) ? Comme association, comment sa nouvelle gouvernance combine- t-elle l’ancien et le nouveau ; quel est son arrimage aux nouveaux réseaux supra-locaux ? Enfin, quel est son rapport au développement du milieu (secteurs et projets structurants, etc.)? Organisation à dimension collective, comment la caisse populaire Desjardins participe-t-elle à la production de cohésion sociale ? C’est dans cette perspective que seront présentés les résultats préliminaires d’une étude de cas effectuée sur le territoire de la Ville de Montréal, arrondissement Sud-Ouest, et qui se penche sur un projet de fusion entre les caisses populaires Saint-Jean-de-Matha et Côte-St-Paul, fusion qui sera effective à partir du 1er janvier 2001.