Décentralisation du service public de l'emploi et initiatives locales: l'expérience québécoise

Collection

Études théoriques et méthodologiques

Année

2000

Numéro

ET0001

Auteur

Louis Favreau

Édition

Centre de recherche sur les innovations sociales

Résumé

Le travail social a une longue tradition d’intervention sur les problèmes sociaux hors du marché du travail à partir de politiques publiques centralisées par un État-providence fort. De plus, dans le contexte de l’État-providence, le service public était devenu la voie royale pour solutionner ces problèmes sociaux. Aujourd’hui de nouvelles questions se posent à l’ensemble des intervenants sociaux : dans cette période de crise de l’emploi et de l’État-providence, de montée de la précarité du travail et de la vulnérabilité relationnelle, se développe-t-il de nouvelles pratiques et de nouvelles politiques sociales liées à la production de services collectifs dans les communautés, services liés particulièrement aux enjeux de l’emploi, de l’insertion sociale et professionnelle, de la santé et des services sociaux? Quelle est la signification de ces nouveaux enjeux et de ces nouvelles pratiques? La décentralisation en cours de certaines politiques publiques avec l’arrivée, à côté des CLSC, des centres locaux d’emploi (CLE) et des centres locaux de développement (CLD) peut-elle être bénéfique pour les populations, groupes sociaux, communautés et régions en difficulté? Explication et démonstration à partir de l’expérience québécoise.

mots clés

Travail, Politiques publiques, Service public, Précarité, Décentralisation, Politiques sociales