Monographie CLD Fjord du Saguenay

Collection

Études de cas

Année

2003

Numéro

ES0315

Auteur

Pascale Lamarche

Sous la direction de

Marc-Urbain Proulx

Édition

Centre de recherche sur les innovations sociales

Résumé

La structure de cette monographie prend exemple sur des études précédentes dans le cadre d’une supervision par un groupe de recherche. Malgré plusieurs tentatives pour rejoindre les intervenants, il nous a parfois été impossible de répondre à toutes les questions ou thèmes à l’étude et c’est pourquoi nous avons scindé quelques parties à l’occasion. Cependant, l’essentiel de l’information pertinente se retrouve dans le présent document. En lui-même, l’essai comprend cinq parties. La première, Conditions d’implantation, prend son importance quant au processus de mise en place et de création de ce CLD. On y traite des différentes initiatives des gens en place pour l’acceptation de cette nouvelle structure dans la collectivité saguenéenne, mais aussi de l’accueil que les gens lui ont réservé. Nous y mentionnons l’organisation administrative d’un tel projet et faisons une brève description de l’environnement socio-économique. La deuxième partie, Gouvernance, fait quant à elle référence à la représentativité des groupes présents sur le conseil d’administration et des comités qui s’y forment. De plus, un regard est posé sur les relations de pouvoir tant au niveau local que vis-à-vis des autres acteurs du milieu. La troisième partie, Outils de développement, expose la composition du plan de développement PALÉE (Plan d’action local pour l’économie et l’emploi) et des ressources autant financières qu’humaines dont disposent le CLD pour mettre en application ces nombreux fonds, volets ou mesures. La quatrième partie, Activités et services offerts, tente de résumer l’organisation et les moyens utilisés pour rejoindre la population cible de l’organisme. Finalement la dernière partie, Évaluation, dresse le bilan général du CLD Fjord-du-Saguenay sous divers aspects tels que les retombées sur les plans économiques, sociaux et démocratiques. Cette monographie du Centre local de développement du Fjord-du-Saguenay est le résultat d’un travail considérable qui a vu le jour par la collaboration de plusieurs acteurs importants dans les villes et localités du territoire desservi par le CLD. Ajoutons que l’essentiel des informations provient de la documentation mise à notre disposition par l’organisme (rapports annuels, guides promotionnels, règlements et procédures, études de satisfaction, etc.), mais aussi par de nombreuses rencontres et entrevues avec divers intervenants du milieu. Ces entrevues ont principalement été réalisées de juin à septembre 2002. À titre spécifiquement méthodologique, voici une description des personnes sollicitées. Au total, nous recensons sept entrevues avec différents intervenants de développement économique attitrés au secteur du CLD Fjord du Saguenay. Notons parmi ceux-ci des élus municipaux, des dirigeants de différents organismes provinciaux ou fédéraux, mais aussi des gens directement associés au Centre local de développement concerné. Les gens sollicités sont impliqués de près avec le CLD et, pour la majorité, ils ont assisté au transfert de l’ancienne structure vers la nouvelle. Ceux qui ont participé aux activités du CLD, soit de par leur travail ou par bénévolat, ont tantôt siégé sur le conseil d’administration ou offert leurs services pour différents mandats ou partenariats avec l’équipe en place. Les parcours personnels des gens ren contrés sont donc très différents les uns des autres. Entre autres, les gens cumulent des expériences dans le domaine alimentaire, dans la représentation, l’informatique, lecommunautaire, chez Hydro-Québec, dans les communications médiatiques et certains ont fait l’expérience de l’entreprenariat. Après plus d’une vingtaine d’années en moyenne sur le marché du travail, ils ont, pour la plupart, une importante expertise de la fonction publique, car seulement une personne n’y a jamais exercé de fonction. Il faut également ajouter une formation très appropriée à chacun des secteurs reliés au développement régional. Des répondants, 86 % ont terminé ou poursuivent actuellement des études à l’Université du Québec à Chicoutimi. Les concentrations et champs d’activité rejoignent également l’administration. À titre informatif, nous retenons des gradués en génie, en sciences sociales, en marketing, en développement régional et enfin en administration. Hormis une seule personne, toutes sont natives de la région. Même si, pour plusieurs, le travail les a incités à quitter la région durant leur parcours professionnel, ils y sont tous revenus. La moyenne d’âge des personnes interrogées est de 49 ans et nous comptons six hommes et une femme.